La peau de banane

L’histoire se passe en 1972. Je viens d’avoir 5 ans, et mon père me donne une règle de conduite :

Si tu vois une peau de banane par terre, ramasse-la et jette-la dans une poubelle !

Je n’avais pas besoin d’analyser le pourquoi du comment pour obéir. Le fait que mon père me le demande était suffisant. Je crois que tous les enfants ont envie de plaire à leurs parents et d’exister à travers leur regard.

Il y avait beaucoup de peaux de bananes qui traînaient à l’époque. Lorsque je me promenais avec mon père, j’étais content de lui lâcher la main quelques secondes, le temps de ramasser une peau de banane puis de revenir vers lui une fois ma mission accomplie. Il me caressait alors le bout des doigts avec son pouce pour exprimer sa fierté. Il m’aimait, et comme je voulais lui ressembler, je m’aimais aussi…

A priori, ramasser une peau de banane fait penser à une action civique. Mais à 5 ans je n’avais pas conscience de cette portée là. La seule chose qui comptait, c’était de faire la fierté de mon père. Savait-il, en me donnant cette loi qu’il venait de m’offrir une technique mentale pratique, rapide, facile, sublime… pour me sentir aimé instantanément ?

C’est possible… Il était fort en Amour, mon père !

Parfois, je me promenais tout seul dans le centre commercial à ciel ouvert où il avait son atelier d’imprimerie, et dès qu’une peau de banane apparaissait, je la ramassais pour la déposer dans l’une des cinq poubelles qui décoraient le lieu. Je me demande si quelqu’un d’autre que moi se souvient qu’à l’époque, il y avait cinq poubelles là-bas.

Après mon action je jetais un coup d’œil furtif vers le petit local… On ne sait jamais : peut-être mon père me surveillait-il en prenant sa pause… Mais même si je ne le voyais pas, même s’il ne me voyait pas, je ressentais une aura d’Amour se former autour de moi, à chaque fois que j’accomplissais ce petit geste…

Lorsque je sortais de son cadre d’influence, par exemple en allant au centre ville avec ma mère, mon grand frère ou mes grands-parents, j’obéissais toujours à cette loi… J’étais connecté à mon père. Même à distance et hors de son champ de vision, je ressentais toujours le même bénéfice intérieur.

Naissance d’un paradigme

Avec mon regard de coach, je sais aujourd’hui que mon père a fait naître en moi un paradigme : une loi personnelle, intime, qui n’est pas obligatoire (surtout hors de sa présence), mais dans mon petit monde de garçon de 5 ans, elle est vite devenue incontournable. J’allais donc grandir avec ce principe…

Un jour, quelques mois avant mes 6 ans, une vieille dame me félicita pour mon geste, me disant que si je n’avais pas ramassé cette peau de banane, elle aurait probablement glissé dessus. Je fus très étonné de voir une inconnue exprimer sa Gratitude face à cet acte. Ce qui m’a amené à me poser des questions d’enfant :

– Tiens ! Il y a une utilité dans ce geste ? Il y a d’autres personnes qui m’apprécient en m’observant, donc ça ne se passe pas uniquement entre mon père et moi… ?

A partir de ce jour là, quelque chose de nouveau est apparu dans ma vie : à chaque fois que je ramassais une peau de banane, il y avait un adulte qui me souriait avec un regard approbateur. Pensez-vous que tous ces gens me souriaient avant ce jour, et que je ne les voyais pas ? Je me pose encore la question… Remarquez : le résultat est le même. Si on ne voit pas une chose, même si elle se répète chaque jour plusieurs fois, c’est comme si elle n’existait pas !

Le monde des adultes, qui représentait un vrai mystère pour moi venait donc de m’ouvrir une porte : j’ai fait connaissance avec l’estime de soi. Quel cadeau ! Mon père savait-il que j’allais en avoir tellement besoin ? En a-t-il bénéficié pendant son enfance ou a-t-il décidé d’être l’acteur de cette genèse ?

Aujourd’hui, je transmets à mes enfants cette capacité de s’aimer. C’est tellement simple : il leur suffit de me faire plaisir à travers un acte transcendant. Un acte qui les dépasse et qui me dépasse aussi… Une multitude de choses magiques et inexplicables apparaissent et font le reste. Elles nous caressent et nous protègent : tout devient doux, souriant, rassurant…

La peau de banane a continué à me surprendre d’année en année. A chaque étape de ma vie elle m’a apporté de nouvelles sensations. A l’âge de 7 ans, 10 ans, 14 ans, 25 ans, 40 ans… elle a changé de signification, de lieu, de forme, de portée… Et lorsque la douleur de perdre mon père fut à son apogée, c’est encore ce paradigme qui m’a donné la force de me relever. C’est une force qui m’habite et qui m’anime.

Et si nous allions plus loin ?

Chaque année en commémorant le décès de mon père, l’histoire de la peau de banane me revient en mémoire et me livre encore ses secrets. J’ai écrit cette histoire en 2013, 6 ans après son Grand Départ. J’ai pris conscience que j’étais capable de partager cette expérience, et j’ai eu envie de partager cette expérience avec un maximum de personnes. Si la suite vous intéresse, vous pouvez la recevoir à raison d’un petit article par jour, pendant 5 jours. Une semaine sympathique s’annonce, faite de découvertes, d’émotions, de partage… Il vous suffit de vous inscrire gratuitement en cliquant ci-dessous :

Inscrivez-vous pour recevoir la suite
(inscription gratuite et sans engagement)

C’est un programme d’auto-coaching d’éveil d’une semaine (un article chaque matin). Si ce que vous venez de lire vous a apporté quelque chose, quoi que ce soit, je suis sûr que la suite vous donnera de multiples satisfactions. A travers différentes approches, sous le regard du coach, parfois adulte parfois enfant, j’explorerai avec vous les facettes de cette mission, qui d’année en année m’a permis de Devenir.

Et surtout, ce sera pour moi l’occasion de rendre hommage à mon père, mon repère…

Vous pouvez y inviter vos amis, en prenant soin de ne pas leur forcer la main (ne les inscrivez pas sans leur consentement). Envoyez-leur juste un courrier électronique avec un lien vers cette page. Ils prendront ensuite leur décision librement.

Vous pouvez également partager cette ressource sur facebook.

Au plaisir,

Stéphane SOLOMON

24 réflexions au sujet de « La peau de banane »

  1. Bonjour;

    je crois que j’uutlise cette méthode avec mon enfant mais sans prendre conscience des facteurs et conséquences. Je suis intéressée pour prendre du recul sur cette démarche et ainsi mieux la comprendre!

    • Merci Elsa pour cette première participation qui montre tout votre intérêt.

      Effectivement, qu’est-ce qu’une telle pratique peut révéler chez l’enfant comme chez l’adulte ?

      C’est ce que je vous propose de découvrir à travers mon expérience, et mon prisme de coach…

      Je n’ai pas encore vu votre inscription. Je suppose que c’est en cours.

      A++

      Stéphane SOLOMON

  2. Bonjour Stéphane,
    Avec deux adolescentes et un pré-ado à la maison, je m’interroge encore plus sur la portée de mes paroles et de mes actes.
    Votre message me renvoie également à la transmission de mes parents…
    Que de questions ! Que de perspectives !
    Cordialement,
    Sylvia

    • Bonjour Sylvia,

      Ayant reçu cette transmission très tôt, elle est passée par la phase «ado», et vous pourrez lire ce que j’en ai fait mercredi 😉

      C’est un message existentiel qui vous intéressera certainement plus que les autres.

      Merci pour votre inscription.

      Stéphane

  3. Bonjour, Stéphane
    Cela fait longtemps, voire très longtemps, que je reçois vos mails régulièrement, que je les lis avec plaisir sans vraiment la conscience précise de ce qu’ils m’apportent.
    Cela dit, je n’ai jamais pris la peine de faire un commentaire, et aujourd’hui, je choisis de passer ce cap, pourtant pas si difficile, j’en conviens volontiers.
    Aussi je vous adresse, je ne sais comment le dire au mieux, qqc qui ressemble à des félicitations, mais le mot me parait présomptueux malgré tout. Admiration est sans doute exagéré.
    En tous cas, qqc dans cette direction.
    Ce que je veux exprimer, c’est que je vous trouve une compétence, une sympathie, une pertinence, une empathie, un talent, aussi, qui invitent au respect, et aujourd’hui, j’avais très envie de vous le dire. Juste « ça » 🙂
    Très cordialement
    Bruno

    • Bonjour Bruno,

      Voilà une chanson joliment composées et agréable à entendre.

      On pourrait l’appeler «Merci d’exister», et je vous la chanterais bien…

      A bientôt Bruno,

      Stéphane SOLOMON

  4. Bonjour Stéphane, je lis souvent avec intérêt vos « petites histoires » mais je ne me suis encore jamais inscrit à vos sessions car je ne veux pas m’imposer de contrainte, d’autant que je ne connecte pas tous les jours… Cependant aujourd’hui, je suis un peu curieux de connaître la suite…. merci de me la transmettre.
    Cordialement, Christian.

    • Bonjour Christian,

      Visiblement ce qui vous attire, c’est davantage la curiosité que la quête de performance. Vous aimez découvrir, mais sans approfondir. Ce programme comblera votre curiosité, mais il y a un préalable que je ne peux pas faire à votre place :

      Inscrivez-vous !

      C’est pareil si vous voulez gagner au loto :

      JOUEZ !

      Je ne le ferai pas à votre place… C’est un programme sur la proactivité. Ce serait vraiment dommage de vous priver de l’acte initial qui mène vers la découverte. 😉

      A++

      Stéphane

  5. Christian, Bruno et les autres ont tellement bien dit récemment ce qui me trotte dans la tête que je ne saurais les paraphraser. Moi aussi je « fais de la résistance » depuis des mois par peur d’avoir à suivre les mails tous les jours alors que le Maeltröm de la vie nous emporte dans son tourbillon. Et puis, un accident, une convalescence un peu longue passent par là et les priorités changent. Le travail, toujours … mais à la maison et sans la contrainte du résultat immédiat. Donc, le moment idéal pour investir un peu de temps pour soi-même, en échangeant avec les autres, les « motivés », les « pro-actifs », ceux qui ont décidé d’échanger, de s’enrichir à titre personnel mais aussi (double effet kiss-cool?) en même temps d’enrichir le « groupe » par la même occasion. Je m’inscris. Philippe

  6. Je viens de lire les différentes remarques, en fait je suis un peu de chaque.
    Curiosité surtout.. nous mettons des mots sur des actes et paroles que nous pratiquons tous les jours auprès de nos enfants et proches.
    On n »a pas le temps de méditer sur ce que l’on vient de dire.
    Bien sur notre propre éducation nous influe beaucoup.
    Cordialement.

  7. Bonjour Stéphane,
    Je reçois régulièrement vos textes et je les lis des fois, pas toujours le temps, mais je les range bien consciencieusement dans une boite mail « TIME COACH » pour ne pas les effacer par inadvertance! Vos leçons de vie et de morale me parlent à chaque fois et votre programme sur la proactivité va sans aucun doute m’interpeller.
    Je me suis fixée une règle d’or, ne jamais courber l’échine sous les mauvais coups de la vie mais garder la tête haute et avoir toujours la joie dans le coeur.
    Pas toujours facile mais avec le développement personnel et un bon coach, on peut y arriver.
    Merci de nous apprendre à réfléchir!
    Karin

  8. Très belle leçon de vie !!! Je suis très heureuse de constater qu’il existe, et il en existera encore des personnes empreintes d’une grande sagesse. Le Roi David dans le psaume (16), s’adresse à l’éternel et Lui dit : « Tu ne Laisseras pas Tes fidèles voir l’abîme ». Et Le Tout-Puissant Lui Répond : « Aux Saints qui sont sur la terre, aux nobles cœurs, vont toutes Mes Aspirations ». Oui, des gestes qui peuvent paraître anodins, nous feront connaître le chemin de la vie éternelle. La preuve : votre père vit éternellement en vous. Bravo !!!

  9. les enfants, l’éducation ont toujours été essentiels à mes yeux. Leur procurer la sérenité et la joie de vivre a été un objectif premier. Votre histoire et vos conseils m’aideront à mieux en mesurer les conséquences.
    Merci de votre talent, vous savez raconter.

  10. C’est vrai Stéphane, vous transmettez très bien.
    Je vous ai apprécié, je vous ai compris, je vous ai refusé, je vous ai critiqué.
    Vous m’avez vexé, vous m’avez régalé.
    Je vous ai jugé, positivement et négativement, je vous ai fait confiance et je me suis défié de vous.

    Quel rapport avec la peau de banane ?

    Sans doute que je crois partager par ce je crois de vos écrits un rapport analogue à la Vie.
    Alors je viens de m’inscrire pour pouvoir lire le seul programme que vous avez laissé à notre disposition.
    Ce n’est pas de la curiosité, c’est juste que je veux vous lire.
    Merci

  11. Bonjour Stéphane,
    Je vous lis depuis des années, avec bcp de curiosité, de plaisir et je découvre, comprends ou intègre toujours qqchose.
    Je m’étais même abonnée à un programme…que je n’ai pas fait car il était finalement arrivé dans une semaine particulièrement folle où je n’avais pas pu y consacrer les 10 min par jours requises.
    Cela m’ait bien évidemment renvoyée à mon pb de procrastination et à l’éternelle question du « qu’est ce que je fais de plus intéressant que de m’accorder les 10 min par jour dont j’ai besoin? »
    Je fais le pari aujourd’hui que je m’y tiendrai car plus que les autres cette histoire de peau de banane me touche.
    Merci mille fois pour vos messages éveilleurs de conscience et d’humanité.

    Nathalie

  12. Cette histoire de peau de banane a piqué ma curiosité et ma soif inextinguible d’augmenter mon estime de soi et celle de mes filles. Au fil des semaines je me suis prise au jeu d’attendre la suite de l’histoire. Bravo Stéphane, vous avez réussi avec vos séances d’auto-coaching à me convaincre de l’intérêt de se laisser guider par une histoire inspirante qui vient à vous comme un cadeau du ciel.

  13. Bonjour Stéphane,
    On ne se connait pas beaucoup, mais j’apprécie tes écrits et ton humour, besoin de m’aimer, enfin! alors je m’inscris

  14. Tiens ! Un nouveau programme ???
    Que dire ? ….Cela fait maintenant plusieurs années que je suis Stéphane et « La peau de banane » est effectivement un beau programme. Un programme qui permet de développer sa réceptivité et de s’ouvrir à d’autres possibilités.

    Stéphane est un excellent « passeur » de prises de conscience afin d’avoir un discours plus riche avec soi, d’activer son potentiel et de devenir encore plus soi-même. Il nous enrichit d’ÊTRE et s’enrichit en même temps (effet feedback) dans cette aventure.

    Son écriture sait passer du monde de la pensée au monde des émotions, du monde des émotions au monde spirituel et du monde spirituel au monde physique (celui de l’action et des résultats).
    Je ne peux que dire « BRAVO! » et le remercier pour toute cette richesse partagée.
    Merci Stéphane

  15. Merci pour ce partage intime.
    Un très beau message de relation Père/ enfant et à travers ce message une belle leçon d’humanité !

  16. Bonsoir Stéphane, et merci pour ces souvenirs précieux, tant pour toi qui te les remémore que pour nous à qui tu les partages avec générosité. Cette attitude m’inspire pour l’éducation de mes enfants, alors même que ma propre mémoire d’enfance est bien différente… J’ai hâte de lire les prochains articles et de progresser en m’auto-coachant 🙂

  17. Bonjour
    depuis que j’avais lu les 5 épisodes de la « Peau de banane » (chair de poule à chaque fois), je me disais à chaque promenade dehors avec mes loupiots : ok, c’est bien beau, mais des peaux de bananes, y en a quand même pas beaucoup qui traînent dans les rues par chez nous, et le doute de me saisir….
    ET puis dimanche dernier, sur notre petit chemin habituel, un bouteille d’alcool brisée par terre au milieu du passage. ma fille passe à proximité avec les petites roulettes de son vélo, je l’enjambe tranquillement pour ma part.

    Quelques mètres plus loin, une lueur me traverse l’esprit : oh! sacré peau de banane que je viens de voir par terre sans rien y faire. Je demande à mes enfants de m’attendre , je saisis le sac de la pharmacie que je vide dans celui de la boulangerie, et je ramasse les morceaux de verre cassés, pilés, éparpillés, du moins pas tous mais le plus gros. Une bouteille cassée, c’est plus long à ramasser qu’une peau de banane…. Et d’expliquer à ma fille de 4 ans qui m’attends en me regardant d’un air interrogatif (mais qu’est ce qu’il fait encore papa…) : « tu te souviens de mon histoire « si tu trouves une peau de banane etc.. » et bien là avec une bouteille, c’est pareil…

    ET maintenant , le problème, c’est que je vois plein de bouteilles cassées partout! Je crois que je vais attacher un petit balai et une petite pelle à la poussette pour pouvoir ramasser tout çà plus facilement…

    Stéphane bravo, vous êtes redoutable, je pense à vous à chaque fois que je sors dans la rue 😉

  18. Bonjour Stephane !

    Pour moi, les peaux de bananes qui brillent le plus, ce sont tous les slogans racistes ou haineux qui fleurissent dans les rues au fil du temps. Ce ne sont pas toujours les memes populations qui sont visees, mais la violence contenue dans ces slogans est toujours la meme.

    Je n’ai pas encore pris la peine d’en effacer un seul, il faudra un jour que j’y reflechisse…

    En attendant, puisqu’on parle de lui dans ton histoire, j’ai une question: sais-tu si le peuple Juif a decouvert la raison pour laquelle il est persecute et hai a travers les siecles, de la Russie a l’Espagne, de la Scandinavie a l’Afrique ? Je ne connais aucun autrre peuple qui aurait subi un tel acharnement.
    Benoit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *